menu
 

Presse
« Prenant jusque-là un ton assez sévère, la soirée a changé de direction lorsque le jeune chanteur Kinsha, qui en était à sa première apparition sur scène, a littéralement réussi à faire lever le théâtre Saint-Denis sur ses pieds grâce à une pièce qui aurait pu être exécutée par un artiste comme Sean Paul. Petite prévision: le public québécois aura certainement la chance de revoir Kinsha un jour. » TVA Nouvelles, 2010

6
Sept
2013

PARTAGEZ

 
 
 

Galerie de John Kinsha
Photo - Luc Belcourt

Jean-François Guillet Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

 

(Granby) John Kinsha, un des six premiers demi-finalistes du 45e Festival de la chanson, a poursuivi sur sa lancée, hier, en séduisant un nouvel auditoire avec son énergie et son charisme contagieux. Cette fois, il a troqué les planches du Palace pour celles des Résidences soleil, où une vingtaine de membres de l'Association des personnes aphasiques de Granby (APAG) étaient réunis dans le cadre de la tournée de concerts intimes Petits Bonheurs...

 

 

 

20
Août
2013

PARTAGEZ

 
 
 

Galerie de John Kinsha
Photo - Hugo-Sébastien Aubert

La Presse Canadienne La Presse Canadienne
Montréal

 

 

La porte-parole du festival, Andréanne A. Malette (au centre), entoure Sarah Cochrane et John Kinsha, 2 des 24 demi-finalistes.

Le 45e Festival international de la chanson de Granby a présenté lundi ses 24 demi-finalistes, et annoncé que les lauréats ou précédents finalistes Pierre Lapointe, Les soeurs Boulay, Salomé Leclerc et Rod le Stod y offriront une prestation en tant qu'artistes invités...

 

 

 

31
Juil
2013

PARTAGEZ

 
 
 

Galerie de John Kinsha
Photo - Sylvain Gagnon

Rémy-Paulin Twahirwa Rémy-Paulin Twahirwa
Journal Métro

 

Fils d’une mère congolaise et d’un père belge, John Kinsha est originaire de Villeray, mais vit présentement à Ahuntsic. Le 4 septembre à 19 h 30, il montera sur la scène du Palace de Granby, dans le cadre du Festival international de la chanson de Granby. Ce « caméléon » de la scène musicale québécoise chante avec ses tripes pour dénoncer, aimer, pleurer et, surtout, vivre...